La Chine développe un système de points proche de la science-fiction

On pourrait croire à un extrait du roman de George Orwell “1984” ou de la série de science-fiction dystopienne de la BBC : Black Mirror.

Le gouvernement regarde tout ce que vous faites sur les médias sociaux, les sites de e-commerce et dans la vie réelle, ajoutant et soustrayant des points pour générer un “score de crédit social” pour chaque homme, femme et enfant. Si vous êtes un bon citoyen, vous serez bien placé pour obtenir des emplois, des prêts faciles et des voyages à l’étranger. Si vous vous adonnez à des activités politiquement sensibles ou traversez au feu rouge, il est possible vous n’obteniez pas ce prêt bancaire, ou cette promotion ou même ce visa.

ne traversez pas le feu rougeC’est ce qu’indique un article de l’American Civil Liberties Union (ACLU) au sujet d’un système de notation des citoyens chinois. Les organismes de presse ont pris le relais avec enthousiasme. Le truc, c’est qu’il y a une certaine hystérie inhérente à “China watching” de nos jours.

Comme l’ a signalé Tech in Asia, bon nombre des détails cités dans l’article de l’ACLU proviennent de deux programmes de pointage de crédit différents de deux entreprises, toutes deux privées. Alibaba est une plateforme de commerce électronique, et elle a lancé une application de pointage de crédit appelée Sesame Credit. Basée sur les achats et les ventes. Si vous utilisez le service de paiement en ligne Alipay d’Alibaba plus souvent, vous obtiendrez un score plus élevé.

Des privilèges pour les score élevés

Sesame Credit a même élaboré une promotion avec l’aéroport international de Beijing Capital International pour amener quelques personnes avec des scores de 750 ou plus dans une file d’attente à grande vitesse. Les personnes proches de la banque centrale chinoise ont déclarés que la banque a ordonné à Sesame Credit de mettre fin à la promotion.

Sésame Credit a aussi aidé certaines personnes à passer l’enregistrement à l’aéroport plus rapidement.
D’autres détails de l’initiative dans l’article de l’ACLU semblent avoir été tirés d’un autre système de pointage de crédit de Tencent, l’une des plus grandes sociétés Internet de Chine, qui possède l’application de messagerie WeChat. Lancé l’an dernier, Tencent Credit Bureau a pour objectif d’aider les prêteurs à évaluer le risque de crédit des clients potentiels, et d’aider les clients à accumuler des pointages de crédit pour obtenir des prêts plus facilement. Le bureau exploite les tonnes de données que Tencent conserve sur l’ensemble des habitudes de ses utilisateurs, y compris ce qu’ils font sur ses réseaux sociaux. Ce n’est pas non plus un programme gouvernemental.

La Chine n’ a pas d’agences d’évaluation du crédit à l’échelle nationale comme nous en trouvons aux États-Unis, à Equifax, Experian et TransUnion. Alibaba et Tencent tentent donc de combler cette lacune, mais ce sont des initiatives privées et non gouvernementales. Pékin a publié en 2014 une initiative de système de crédit social (SCS) qu’elle devrait adopter en 2020. Vous pouvez lire l’ensemble de la proposition ici. Ce qui inquiète l’ACLU, c’est que le système de notation dit qu’il veut aider à légiférer sur la moralité, et c’est effrayant.

Cependant, ce n’est pas parce que le gouvernement veut faire quelque chose que le peuple chinois l’acceptera – et dans un pays de 1,4 milliard d’habitants, Pékin est très sensible à l’opinion publique !