La Nomophobie : syndrome d’une addiction au smartphone

nomophobia facebook

Vous connaissez surêment ce sentiment : vous avez laissé votre téléphone à la maison et vous vous sentez anxieux, comme si vous aviez perdu toute communication avec le monde.

La nomophobie touche tout le monde

La “nomophobie” (abréviation de “no-mobile phobia”) touche aussi bien les millenials que les adultes. Vous pouvez même faire des tests en ligne pour voir si vous l’êtes. Il y a quelques mois de cela, des chercheurs de Hong Kong ont déclarés que la nomophobie pouvait infecter tout le monde. Leur étude a révélée que les personnes qui utilisent leur téléphone pour stocker, partager et accéder à leurs souvenirs personnels sont celles qui en souffrent le plus.

Hausse du rythme cardiaque : des symptômes bien réels

 

“Les résultats de notre étude suggèrent que les utilisateurs voient les smartphones comme s’ils étaient une extension d’eux même”

Dr Kim Ki Joon

Au même moment, une étude américaine à montré que le fait d’être séparé de son téléphone pouvait entraîner une hausse du rythme cardiaque et de la tension artérielle.

Le fait d’être sans son téléphone peut-il vraiment donner de l’anxiété ? Le professeur Mark Griffiths, psychologue agréé et directeur de l’International Gaming Research Unit de l’Université de Nottingham Trent, affirme que c’est ce qui compose au téléphone qui compte et donc l’usage qu’on en fait. – Les réseaux sociaux créent la Fomo : Fear of missing out qui peut se traduire par la peur de manquer quelque chose.

Les usages du téléphones ont bien changés

 

Les gens n’utilisent plus leur téléphone pour parler à d’autres personnes – nous ne parlons plus d’un simple outil de communication vocale mais d’un appareil connecté à Internet qui permet aux gens de gérer de nombreux aspects de leur vie “, dit Griffiths. “Enlever le téléphone d’un adolescent serait comme arracher une partie de lui, car toute sa vie se trouve dans cet appareil.”

 

Griffiths défini ce qu’il appèle la théorie de l’attachement, dans laquelle nous développons une dépendance émotionnelle au téléphone du fait qu’il contient les détails de notre vie. Cela n’est cependant qu’une petite partie de la nomophobie. Pour les “screenagers“, c’est la Fomo qui crée le plus d’anxiété. S’ils ne peuvent pas voir ce qui se passe sur Snapchat ou Instagram, ils paniquent. Mais cependant ils s’adaptent très rapidement si vous les emmenez en vacances et qu’il n’ y a pas d’Internet “, dit Griffiths.

Des solutions pour atténuer la nomophobie

Il est tout de même bon de savoir que se séparer volontairement de votre téléphone en l’éteignant ou en le laissant à la maison peut réduire la dépendance et l’anxiété.

Griffiths affirme que dépendance au téléphone est aussi du au fait que c’est l’une des choses les plus importante dans votre vie à la vue du temps que nous y passons. Notre utilisation du téléphone peut probablement être une source de conflit au travail vis à vis de votre supérieur, collègues ou de vous même – vous savez que vous devriez vous en défaire, limiter votre usage, mais vous ne pouvez pas.