L’intelligence artificielle aux service de drones tueurs

drone ciblant une voiture

La vidéo ci-dessous un avenir bien sombre. Ici un représentant militaire dévoile un minuscule drone capable de chasser et tuer d’une simplicité déconcertante. Quand la technologie tombe entre de mauvaises mains, personne n’est en sécurité. Ces drones repèrent les ennemis et visent leur tête afin de les tuer via une mini charge d’explosif.


Voyez ici la dernière tentative des militants et des scientifiques de mettre en lumière les dangers du développement d’armes autonomes capables de localiser, de suivre et de tirer sur des cibles sans supervision humaine. Ils nous alarme sur la nécessité d’une interdiction préventive de cette technologie afin d’empêcher le développement de nouvelles armes de destruction massive.

Stuart Russell, un éminent scientifique de l’intelligence artificielle de l’Université de Californie à Berkeley et d’autres montreront cette vidéo lundi 20 novembre, lors d’un événement à la Convention des Nations Unies sur les armes conventionnelles, organisé par la campagne contre les robots tueurs. La fabrication et l’utilisation d’armes autonomes, telles que les drones, les chars d’assaut et les mitrailleuses automatiques, seraient dévastatrices pour la sécurité et la liberté de l’homme, et la fenêtre pour stopper leur développement se réduit de jour en jour, a averti Russell.

“La technologie illustrée dans la vidéo est simplement une illustration des capacités existantes. Ce n’est pas de la science-fiction. En fait, cette technologie est plus simple à développer que les voitures autonomes, qui requirent des performances beaucoup plus élevées “

S.Russell

L’armée a été l’un des principale sources de financement et utilisatrice de l’intelligence artificielle. Les calculs informatiques aident les robots à voler, naviguer sur le terrain et sous les mers. Reliés à une caméra, les algorithmes de reconnaissance d’images peuvent mieux scanner les séquences vidéo pour trouver des cibles plus rapidement qu’un humain.

drone cible humain

Alors que les drones militaires ont longtemps été pilotés à distance dans le but de prévenir de potentielles attaques, ils deviennent aujourd’hui des armes totalement autonomes armées d’explosifs couplés à des systèmes reconnaissance de cibles et cela à la portée de l’armée.

“Continuer le développement d’armes autonomes mortelles réduirait considérablement la sécurité internationale, nationale, locale et personnelle “, a déclaré Russell. Les scientifiques ont utilisé un argument similaire pour convaincre les présidents Lyndon Johnson et Richard Nixon de renoncer au programme d’armes biologiques des États-Unis afin de faire adopter la Convention sur les armes biologiques.

Parce que les machines alimentées par l’IA sont relativement peu chères à fabriquer, les scientifiques craignent que des armes autonomes ne soient produites en masse et tombent entre les mains de pays terroristes qui pourraient s’en servir pour éradiquer les populations et semer le chaos, comme le montre la vidéo.

Un traité interdisant les armes autonomes empêcherait la fabrication à grande échelle de cette technologie. Il fournirait également un cadre aux pays qui travaillent sur la technologie, et la diffusion de dispositifs et de logiciels à double usage tels que les quadcoptères et les algorithmes de reconnaissance d’humains. Les codes d’éthique professionnelle devraient également interdire le développement de machines qui peuvent décider de tuer un humain“, Russell.

drone tueur humain

En août, plus de 100 des plus grands pionniers mondiaux de la robotique et de l’IA ont appelé les Nations Unies à interdire le développement et l’utilisation de robots tueurs. La lettre ouverte, signée par le directeur général de Tesla, Elon Musk, et Mustafa Suleyman, le fondateur d’Alphabet avec l’unité Deep Mind AI , à averti qu’une interdiction urgente d’une “troisième révolution de la guerre ” était nécessaire.

 

“Les Nations Unies évoluent au lentement et les acteurs ayant des intérêts particuliers font tout leur possible pour les ralentir“, a dit Sharkey. Mais la campagne continue d’avancer avec le soutien massif de la communauté scientifique. Nous devons réussir parce que les alternatives seraient tragiques.