En quoi les cryptomonnaies sont-elles différentes du trading classique ?

cryptomonnaie bitcoin

La capitalisation du marché des dérivés, y compris le Forex, les contrats à terme généralement adossés aux matières premières agricoles comme énergétiques, pèsent plus de 1,2 trillion de dollars. La capitalisation de la cryptomonnaie a un long chemin à parcourir pour atteindre ces chiffres astronomiques.

Bulle spéculative, hystérie, battage médiatique… :  la révolution des monnaies virtuelles semble être hasardeuse pour beaucoup de monde.

Fin juin de cette année, le cours de l’Ether chute brusquement suite à une fausse annonce sur la mort de Vitalik Buterin, le créateur de la l’Ethereum. Dans la foulée, l’Ether perd’environ 15%. Qu’est-ce qui se serait passé sur un marché financier traditionnel ? Une baisse de cette envergure aurait sans doute propulsé le monde dans un black Day comme le fameux jeudi noir de 1928 à Wall Street. La surabondance de l’offre des produits agricoles avait plongé le monde dans la pire crise économique de l’ère moderne. Comme en ce temps, aucune éventualité ne peut être occultée aujourd’hui si des valeurs boursières en venaient à prendre cette trajectoire périlleuse.

evolution ethereum

calcul cryptoD’un autre côté, le marché des cryptomonnaies est complètement nouveau. Des millions de facteurs l’affectent, en particulier les facteurs technologiques. Investisseurs et spéculateurs s’y ruent, mais très peu de gens pour le moment en comprennent les rouages. Et jusqu’à présent, il y a encore beaucoup de paramètres à explorer, qui sont encore elliptiques.

Mais, qu’est-ce qui démarque ce marché prometteur du trading classique tel que webtrader fxpro ?

 

Différences entre les cryptomonnaies et les actifs traditionnels

Les cryptomonnaies partagent des caractéristiques avec des actifs traditionnels et sont de plus en plus vendues de la même manière qu’une offre de titres classiques. Mais, les deux actifs présentent également des différences profondes, notamment la non réglementation et la décentralisation des monnaies virtuelles.

 

Aucune structure de gestion, aucun régulateur, mais pas la loi de la jungle

Une distinction clé est qu’il n’y a généralement pas de structure de gestion traditionnelle derrière une cryptomonnaie. En effet, la plupart des platesformes qui exigent des utilisateurs d’opérer avec une crypto sont des applications décentralisées, ne reposant sur les décisions d’une équipe dirigeante ou d’une autorité centrale, mais sur un ensemble défini de protocoles résolument éprouvés. En conséquence, lors de l’achat d’une cryptomonnaie, contrairement à l’achat d’une action, d’une obligation ou d’un produit dérivé adossé à une matière première comme le cacao par exemple (contrat à terme), l’investisseur ne fait pas son pari sur la capacité d’une équipe à rendre une entreprise rentable, mais il mise plutôt sur l’utilité et la popularité du réseau. La cryptomonnaie elle-même constitue la garantie, contrairement aux titres classiques qui subissent les affres de la conjoncture de l’économie réelle, les conditions climatiques pour les matières premières, les décisions humaines et parfois les orientations opportunistes, fallacieuses et fantaisistes de certains dirigeants.

L’asymétrie d’informations sous divers paradigmes

Une autre démarcation importante est que l’asymétrie d’informations entre les entreprises et les futurs actionnaires est plus grande dans le cas des actifs boursiers classiques, alors qu’entre les équipes de développement et les détenteurs de crypto, cet écart est réduit dans une certaine mesure. Les lois sur les valeurs mobilières reposent principalement sur le principe selon lequel une divulgation complète de certaines données concernant les titres aide à combler les écarts d’information entre émetteurs et investisseurs. Par conséquent, les compagnies qui prévoient offrir des valeurs mobilières au public sont tenues de publier certaines informations précises sur leurs activités et leur santé financière.

Étant donné que les investisseurs en cryptomonnaies investissent souvent dans une application décentralisée et non dans une équipe de management, ils sont probablement plus intéressés à apprendre le fonctionnement du protocole de cette application, et non celui de l’équipe de développement. De plus, les applications décentralisées les plus populaires sont déjà open source, ce qui signifie que le protocole de fonctionnement peut être vu par n’importe qui. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’asymétrie d’informations entre les développeurs et investisseurs.

Les écarts de niveau d’informations peuvent être énormes à cause de la complexité pour un quidam de comprendre le code source de la Blockchain qui est deux fois plus complexe à cerner qu’une technologie d’intelligence artificielle, par exemple. Mais, l’investisseur peut s’offrir les services d’un bon développeur ou expert dans ce cas pour avoir les informations nécessaires (comprendre le mécanisme de fonctionnement de l’applicatif) sans pour autant brûler le feu rouge. Cette possibilité n’est quasiment pas envisageable en cas d’actifs classiques. Toute information obtenue par une voie détournée prend l’allure d’un délit d’initié sévèrement puni.

Mais, de toute évidence, le paradigme existant imposé par les lois sur les valeurs mobilières peut être peu avantageux pour les investisseurs de cryptomonnaie. Par exemple, il est nettement souhaité que les investisseurs en crypto bénéficient d’une plus grande protection grâce à un audit technologique du protocole proposé que d’une vérification financière des comptes bancaires du développeur.

Aucun volant de sécurité judiciaire

Une autre distinction clé est que les cryptomonnaies n’accordent pas à leurs détenteurs les droits légaux traditionnels accordés aux porteurs d’instruments financiers ordinaires. Le fait de détenir un jeton (spécifiquement dans le cadre d’un ICO) ne donne pas légalement droit à partager les bénéfices réalisés par le projet financé par la vente de ce token. Encore moins, il ne donne le droit de participer aux décisions clé concernant l’avenir de ce projet.

Le trading de cryptomonnaie est donc différent du trading des actions qui offre un titre de propriété sur le bien en question avec toutes les prérogatives inhérentes. Cependant, dans les cas où les devises électroniques sont faites pour fonctionner explicitement comme des titres, la technologie a progressé au point où une application réseau peut réellement être programmée pour effectuer des tâches telles que la distribution automatique de dividendes. Cependant, il s’agit de droits accordés par code informatique, et qui ne sont couverts par aucune obligation légale.